En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 

IMPORTANT

S.A.G.A.

Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d'Aquitaine

Syndicats apicoles

Rendez-vous

Les essaims

ESSAIMAGE  2012

 

            Ce texte peut-être lu en sautant les Inter mezzo

 

L’essaimage est pour les abeilles la seule façon d’agrandir et maintenir le nombre de colonies dans une région. Pour avoir une deuxième colonie il faut une autre reine. Cette reine devrait-être fécondée alors il faut des mâles. Cela prend 37 jours entre la ponte de l'œuf et la maturité du faux bourdon. L’essaimage commence avec cette ponte, soit dans la ruche même, soit dans une autre.

Sur «un cadre témoin» on peut très bien suivre la préparation de cette ponte. Quand les abeilles commencent à finir ce cadre d’une façon arrondie elles préparent des cellules de mâles. Quand la cire est encore pointue, elles construisent encore des cellules d'ouvrières.

Dans une ruche il existe un équilibre entre œufs, larves, couvain operculé et abeilles. En gros : 3 jours = œuf, 6 jours = larve, 12 jours = cellule operculée et 24 jours adultes alors:

 1 : 2 : 4 : 8. Cela veut dire 8 fois plus d’abeilles que d'œufs, 4 fois plus de couvain operculé que d'œufs et 2 fois plus de larves que d'œufs.

 Un essaim contient une reine, des nourrices, des bâtisseuses, des butineuses et des faux bourdons.

Le moment venu les abeilles commencent à construire des cellules royales et elles empêchent la reine de pondre (normalement elle pont un œuf par minute). Autrement celle-ci sera trop grosse et trop lourde pour voler (elle perd 30% de son poids). Les phéromones de la reine ne travaillent plus comme avant et on pense que c’est pour cela que les abeilles  ‘font la barbe’ surtout le soir après une belle journée.

Si la colonie a décidé d’essaimer les abeilles sont inactives et elles ne travaillent plus.

Le jour où les abeilles ferment la première cellule royale, la vieille reine part avec un essaim [nommé un (essaim) primaire]. Cela veut dire la moitié de la population de la ruche et pas mal de miel.

S’il ne fait pas beau ce jour là, la vieille reine a sept jours pour s’en aller avant que la jeune reine naisse, après la vie de la vieille reine devient très difficile.

 

        Inter mezzo I

                     Il y a plusieurs stades pour le départ de l’essaim :

            1. La reine est encore dans la ruche et il y a des abeilles dehors.

   A ce moment là on peut faire revenir tout le monde dans la ruche en projetant  de la   lumière sur l'entrée de la ruche et en faisant du bruit pour imiter un orage.  

   Evidemment, il faut préparer ensuite la prochaine sortie de l'essaim.

 2. La reine est dehors mais l’essaim n’est pas encore fixé.

   Si on fait du bruit et qu'on traverse l’essaim avec la lumière du soleil par intermédiaire

   d’une miroir par exemple, les abeilles ne s'intalleront pas très haut. Il est possible

   que la reine retourne dans la ruche et qu'au bout d’un moment, l’essaim se sent

   orphelin et y retourne aussi.

3. L’essaim est fixé sur une branche ou dans les ronces.

   Il faut le cueillir.

4. L’essaim part pour s’installer définitivement ailleurs.

   Il n’y a  rien à faire à part le suivre et le cueillir tout suite. Il est aussi possible que

   l’essaim rentre dans le piège que vous avez préalablement installé.

                                    ---------------------------------------

 

       Inter mezzo II

        Pour survivre pendant quelque jours et pour construire des rayons dans leur nouvelle habitation les abeilles amènent du miel. La théorie dit que les abeilles gorgées de miel ne piquent pas.

                          ---------------------------------------------------------

 

         L’essaim part souvent en direction de la lumière du soleil, d’où l’importance de bien installer une ruche. Le vent du moment joue aussi un rôle, l’essaim par souvent avec le vent en face à cause des phéromones envoyer en l’air par les abeilles.           

        Si la reine est vieille l’essaim s’installe près de la ruche (10-15m). Si elle est jeune l’essaim peut aller plus loin et plus haut.

        Quand les éclaireuses ont trouvé un endroit pour s’installer définitivement l’essaim part à nouveau et la distance peut-être considérable (1 km ou plus).

        Sept jours après la fermeture de la cellule royale la jeune reine naît. Si, il y a encore beaucoup d’abeilles dans la ruche, elle fait un bruit : le «chant de reine» (qui ressemble à une sonnerie de téléphone occupé). S’il y  a une autre reine, prêt à éclore, cette dernière répond avec le même bruit mais le son est plus bas parce qu'elle est encore enfermée. Pour la première c’est signe que la succession est assurée et elle part, elle aussi avec la moitié de ce qu’il reste en abeilles. Cet essaim est appelé : (essaim) secondaire. Si il n’y a pas assez d’abeilles la nouvelle reine ou les abeilles tueront les reines qui ne sont pas encore nées. On trouve les cellules détruites sur les cadres.

 

       Inter mezzo III

       Après l’essaim secondaire il est possible qu’il y en ait un troisième, voir un quatrième, cinquième etc. etc.. A la fin la ruche sera vide.

       En 2012, nous avons trouvé 5,7 et 8 jeunes reines dans le même essaim. Toutes sont         rentrées dans la même ruchette dont l'entrée était fermée par un grille à reine.               Attention, enlever cette grille-à-reine trois jours après. Finalement, sur le nombre de reines mis dans la ruchette,  il y en aura seulement une qui restera.  Si on ne ferme pas la ruchette avec une grille, l'essaim risque de repartir surtout si il reste encore une reine dehors.

       La jeune reine vierge peut quitter la ruche pour se faire féconder et être suivi par non                       seulement les mâles mais également par un petit essaim d'abeilles (ce n'est pas un vol nuptial mais un  essaim nuptial). Si elle ne peut pas se séparer des abeilles celles-ci seront perdues si elles ne trouvent pas leur ruche.

       Un essaim primaire avec la vieille reine peut se développer très vite et cela arrive que la même  vieille reine part à nouveau avec un essaim (nommé: ‘’essaim vierge’’ [maagdenzwerm]). Si elle part pour une troisième fois, l’essaim s’apelle:‘’empereur‘’(keizer)

                                              -----------------------------------------

       

       Inter mezzo IV

1.   Il est possible que deux ou trois essaims, de ruches différentes, volent ensemble pour former une seule et même grappe. Si vous réussisez déjà à  faire rentrer les différents essaims dans la même ruchette, il faut impérativement la fermer  avec une grille-à reine. 

      Souvent vous trouverez un essaim dehors peu de temps après (le soir ou le lendemain) Il est possible que cet essaim n’a pas de reine à cause de la fermeture.

2.    Il est possible de réunir des essaims. Mais jamais un primaire avec un secondaire. Il est possible de réunir des secondaires de toute taille, grand et grand, grand et petit, petit et petit. Il est aussi possible de réunir des essaims qui sont sortis avec quelques jours d’écarts.

3     On peut réunir un essaim secondaire avec la ruche-mère. Soit on met l’essaim sur un drap devant la ruche et on laisse rentrer les abeilles, soit on met l’essaim une journée à côté de la ruche et le lendemain on les réunit.

4     C’est toujours délicat de réunir un ‘primaire’ avec la ruche-mère. En tout cas  il faut faire quelque chose avec la reine, autrement elle repart aussitôt avec l’essaim. La solution la plus sûre est d’attendre plusieurs jours avant de les réunir, sinon, il faut mettre l’essaim sur la ruche-mère séparé par un grille à reine, attendre une journée et pousser l’essaim à travers la grille. La reine reste alors sur la grille et on peut l'attraper. Il faut faire attention qu’il n’y ait pas des essaims secondaires (éliminer les cellules royales sauf  une, si on ne veut pas garder la vieille reine dans cette ruche.

5    Une autre méthode pour réunir l’essaim avec la ruche-mère est  la suivante :

Placer l’essaim à  la place de la ruche-mère et celle-ci un peu vers l’arrière et un peu tournée. Les butineuses se réunissent avec l’essaim et la ruche-mère ne donne pas un essaim secondaire. Après deux jours on place la ruche-mère à côté de l’essaim et 8 jours après l’essaimage, loin delà. Quand la jeune reine pond bien on peu réunir les deux colonies en choisissant une des deux reines.

6  .  On peut aussi réunir un essaim avec une ruche orpheline en arrosant toutes les abeilles (essaim et ruche) avec un parfum (lavande, citronnelle, eucalyptus etc). Si la ruche est bourdonneuse, la réussite est moins sûre.

                                        ---------------------------------------------

 

Inter mezzo V

            Il est difficile de retrouver la ruche-mère si on n’a pas vu partir l’essaim mais :

1. Il faut cueillir l’essaim et on a une chance de retrouver la ruche-mère si on saupoudre de farine les abeilles qui restent collées sur la branche. Ces abeilles rentrent, la plupart du temps, dans la ruche-mère.

2. On peut prendre aussi un pot avec un peu de farine et mettre quelques abeilles de l’essaim dedans. Le soir on les libère au rucher. Normalement elles rentrent dans la ruche-mère.

3. Les abeilles de la ruche-mère ‘battent le rappel’ juste après la sortie de l’essaim mais aussi pendant qu’on cueille l’essaim, regarder alors les planches d’envol des ruches.

4. En sortant de la ruche, l’essaim bouscule les plus jeunes abeilles qui ne volent pas encore et donc on les trouvent devant la ruche.

5. On peut peser toutes les ruches tous les jours.

6. Quand la reine est marquée avec un numéro, on connaît l’origine de l’essaim.

                                              ----------------------------------

 

            Inter mezzo VI

            Après avoir attraper l’essaim, il faut le mettre directement à sa place définitive (au plus tard le soir), autrement on perd les butineuses.

                                                        ---------------------------------------

 

 

 

 

 

 

            Inter mezzo VII

  Préparation l'attrapage d’un essaim :

                 Nécessaire :          Ruche(tte) complète avec du matériel pour l'amener.

                                               Pulvérisateur d’eau

                                               Enfumoir

                                               Les outils ‘de tous les jours’

                 Pratique :               Drap

                                                Sécateur, Scie

                                                Pince à  reine (Pince capture clip). Si on capture la reine, on est

                                sûr de capturer l’essaim

                                                Cage d’introduction

                                                Seau

                                                Hausse plus grille-à- reine

                                                Fermeture de la ruche(tte)

                 Parfois pratique :   Échelle

                                               Corde et cordon

                                               Sangles

                                               Eucalyptus, lavande, citronnelle......

                Avant ou après :     Glace (miroir)

                                               Nourrisseur

                                             -----------------------------------------                                                                                             

 

CONDITION D’ESSAIMAGE

 

1. POUQUOI L’ESSAIMAGE?

 

I.    Il y a des races qui sont plus essaimeuses que d’autres. Il faut sélectionner les colonies

     d‘élevage selon ses propres critères.

II.   Remplacer une vieille reine ou une reine perdue quand les conditions sont bonnes pour

      essaimer.

III.   Manque de nourriture, de miellée.

IV.   Manque de place.

      a. Si la reine ne peut pas pondre à volonté, il y aura trop de nourrices et bâtisseuses qui

            n’ont rien à faire. Par exemple: Il faut vérifier, avant de mettre une hausse, que la reine

           puisse passer entre les cadres avec du miel stocké en haut. («barrières de miel»). Voir

           Inter mezzo VIII

      b. Une même situation existe quand il y a beaucoup d’abeilles et  pas de miellée.

V      Manque de ventilation.

VI     Quand il y a ‘chant de reine’ avec une réponse positive et encore beaucoup d’abeilles

      après un préalable essaim primaire.

VII.   Nourrir quand les conditions sont bonnes pour essaimer.

 

Inter mezzo VIII

            Autour du couvain les abeilles construisent des cellules plus profondes (pour le

     stockage du miel) que pour les cellules de ponte. (C’est pour cela qu’il y a neuf

     cadres dans une hausse Dadant et dix dans un corps). La reine ne peut pas pondre

     dans ces cellules profondes et à un moment donné elle ne trouve plus de place pour

     ses œufs (conséquence: un ‘arrêt de ponte’).

             La place entre les cadres est devenue tellement petite que la reine ne peut pas

                 monter dans la hausse. On appelle cela une ’barrière de miel’.

            Une autre situation qui provoque un manque de place est  la suivante: Si il y a

     un grande miellée et si il y a du couvain naissant à l’extérieur du couvain, les

     abeilles mettent immédiatement du miel dans les cellules qui se libèrent. Par

     conséquence la reine sera enfermée par du miel et il n’y a plus de place pour ses

     œufs. Mettre une hausse ne suffit pas toujours. Il faut mettre les cadres de couvain

     naissant au milieu et le couvain ouvert à l'extérieur.

                                         -----------------------------------------------

 

2. L’ESSAIMAGE  SI :

            I.      Il fait beau entre 10 et 16 heures.

            II.     Il y a beaucoup d’abeilles.

            III.    L'équilibre du couvain (1 :2 :4 :8 ) existe

            IV     Il y a au moins 20 jours de couvain de mâles

            V.     Il y a présence de cellules royales operculées

VI.    Il y a assez de nourrices, bâtisseuses, butineuses, faux bourdons et une reine.

 

EVITER L’ESSAIMAGE

 

Attention : L’essaimage est un événement naturel, c’est l’homme qui veut éviter cela et pas les abeilles !!

 

1. POURQUOI  EVITER  L’ESSAIMAGE ?

            I.      Perte des colonies à cause de perte d’essaims

            II.     Perte de récolte à cause du ralentissement de développement du couvain.

 

Inter mezzo IX

             Un peu de comptage:

       jour  0                  ponte de l'œuf (future reine)

       jour  3                   larve

       jour  9                  operculée

       jour 16                 naissance de la reine

       jour 24                 vol de fécondation

       jour 27                 ponte du premier œuf

       jour 48                 naissance de la première abeille de la nouvelle reine

       jour 62                 sortie de la première butineuse de la nouvelle reine.

 

                           La vieille reine pond 2-3 jours après  la ponte de l'oeuf de la future reine

                   jour  3                  dernière ponte de l'ancienne reine

                   jour 24                 naissance dernière abeille de l'ancienne reine

                   jour 38                 sortie de la dernière butineuse de l'ancienne reine

                   jour 52                 dernier jour de la butineuse

 

                           Conclusion : Il y a dix jours de perte de récolte et  la jeune reine ne pond pas

                   au début, comme la vieille à la fin. Vu qu’il n’y a pas de couvain les nourrices

                   deviennent plus vite butineuses.

                                            ---------------------------------------------

.

2. COMMENT  EVITER  L’ESSAIMAGE ?

            I          Choisir une race peu  essaimeuse et surtout adaptée à la région. Attention pour

                  les reines sélectionnées, elles ne sont pas toujours les meilleures pour

               faire un élevage de reines par intermédiaires de ses filles. (hybridation)

II.         Perturber l’équilibre de 1 :2 :4 :8.

III         Enlever du couvain

IV         Enlever les jeunes abeilles.

V.         Enlever les butineuses

VI.        Enlever la reine

VII        Séparer la reine du couvain

VIII.     Tout le couvain de deux ruches, placé dans une ruche double.

IX         Echanger plusieurs fois le couvain entre les deux ruches

X          Mettre un essaim à la place d’une ruche.

XI         Par l'intermédiaire d'un essaim déjà sorti.

XII        Placer des cadres de cire gaufrée   

XIII.     Mettre une hausse au bon moment.

XIV      Enlever toutes les cellules royales.

XV       Méthode Demaree.

XVI      Méthode Snelgrove.

 

XVII.    Retarder le départ de l’essaim en plaçant une grille-à-reine entre le corps et la

                                 planche d’envol

            XVIII.  Clipper la reine.

XIX      Faire des ruches à deux reines

XX        Sortir la reine d'un essaim

XXI      FAIRE DES ESSAIMS ARTIFICIELS.

 

 

          Attention 1 : Il faut choisir le bon moment par rapport aux miellées.

 

           Attention 2: Il faut faire très attention avec les cellules royales. Faites d’abord de la place en enlevant une cadre ou deux  et pousser  le cadre avec la cellule royale sur le côté avant de le lever. Ne taper jamais sur un cadre pour enlever les abeilles en présence d’une cellule royale.

 

Ad. II         Perturber l’équilibre de 1 :2 :4 :8.

               La plupart des méthodes sont basées sur cette perturbation, un exemple:

On introduit des cadres de couvain ouvert à  la place de cadre de couvain operculé.

 

Ad.III        Enlever du couvain

               Si on enlève du couvain operculé, très vite il y aura un manque de nourrisseuses.

 

Ad.IV        Enlever les jeunes abeilles

    Pour déplacer de jeunes abeilles vers une autre ruche, le mieux est de nourrir avant les deux ruches. Après on enfume les deux ou on arrose les abeilles avec un parfum (eucalyptus, lavande,etc.) dilué dans de l’eau. Ensuite on prend les cadres avec le couvain, on secoue les abeilles qui sont dessus dans la ruche à  renforcer. Les jeunes abeilles restent, les autres repartent dans la ruche d’origine.

 

Ad. V         Enlever les butineuses

   Pour cette méthode il faut deux ruches côte à côte. Ensuite on déplace une des deux de plus d’un mètre et un peu en arrière, toutes les butineuses se réunissent dans la ruche non déplacée. Cette méthode peut-être combinée avec Ad.II en mettant le couvain ouvert dans la ruche qui reste à sa place. Il faut que la ruche déplacée ait assez de nourriture, sinon nourrir.

 

Ad  VI.       Enlever la reine.

               a. Une  colonie sans reine ne travaille pas très bien. Les abeilles sont paresseuses.

               b. La colonie va faire des cellules de rattrapages et 11 jours plus tard une jeune reine peut partir avec un essaim. Pour éviter cela il faut :

   1. neuf jours après l’enlèvement, il faut détruire toutes les cellules royales et introduire une

      jeune reine qui pond ou la vieille reine (cela donne que 10 jours de perte de récolte au

      lieux de 25).

   2. Où garder une cellule royale et détruire les autres. Dans le cas échéant, il faut

      aussi détruire toutes les cellules royales operculées quatre jours après l’enlèvement de la

      reine

 

Ad. VII         Séparer la reine du  couvain

                 Par intermédiaire d’une grille-à-reine on coupe la ruche verticalement en deux, on ferme ensuite la moitié de l’entrée avec une grille ( barres horizontales !). La  reine va dans la partie fermée avec son cadre de jeune couvain placé contre la grille. Ensuite dans la partie ouverte on place les cadres de couvain operculé, le plus vieux contre le cadre de jeune couvain avec la reine ensuite le couvain de plus en  plus jeune,  le plus jeune à  l’extérieur. Entre le dernier cadre et le bord on met un cadre avec pollen et miel. Après dix jours on échange les cadres et on les tournera à 180°.

                  Une autre méthode est d' enfermer la reine dans une cage (assez grande) mis sur un cadre. Les abeilles vont la nourrir au  travers des mailles. Attention!. Il y a un risque de construction de cellules royales.

 

Ad. VIII       Tout le couvain de deux ruches, placé dans une ruche double

                  Pour cette méthode il faut deux ruches (A et B) côte à côte. Ensuite on place tout  le couvain de l’un (B) dans un autre corps (C). La reine reste dans B. Le corps (C) on  le place sur la ruche avec le couvain (A). L’ensemble de  A et C est déplacé. Alors : B reçoit toutes  les butineuses de A et B et  fait beaucoup de miel. Les nourrices de A soignent le couvain de A et B. Ni A ni B ne peuvent  essaimer. Quelque temps après  il n’y a plus ou peu de butineuses donc il faut saisir le bon moment par rapport à la miellée.

                    

Ad. IX         Échanger  plusieurs  fois  le couvain entre deux ruches

                 Deux ruches A et B. Ruche A étant la plus forte. Échanger le couvain ouvert de la ruche B avec le couvain fermé de la A. Il faut changer de place à peu près 20 % du couvain total, pas plus ni moins. On répète cet échange tous les sept jours. Si B commence à faire des cellules royales, on la met de l’autre côté de A. On peut aussi recommencer à échanger le couvain, cette fois-ci, le couvain operculé de B vers A et le couvain ouvert de A vers B. Attention aux cellules royales et prévoir de la place pour les butineuses.

 

 

 

Ad. X          Mettre un essaim à la place d’une ruche.

                Si on met un essaim à la place d’une ruche, les butineuses de la ruche se trouveront dans l’essaim et la ruche perd  l’envie d’essaimer. Il faut placer la ruche un peu en arrière en  tournant légèrement et peut-être la nourrir. Si la ruche est  la ruche-mère, on évite les essaims secondaires.

 

Ad.  XI.      Par l'intermédiaire d’un essaim déjà sorti.

                   La ruche A a donné un essaim. Cet essaim on le met à  la place d’une ruche B  qui n’a pas encore essaimer. On pose B à côté de A et on les réunit quelque jours après. Évidemment il faut regarder et choisir quelle reine on veut garder.

 

Ad. XII        Placer des cadres de cire gaufrée.

              La reine recommence à pondre début février. Un beau jour, entre 2 et 3 semaines après ce début, il faut mettre le maximum de cadres de cire gaufrée, soit entre les cadres de couvain, soit à côté. A côté, quand il y a du couvain de mâles, sinon, entre.

 

Ad. XIII       Mettre une hausse au bon moment

                Quand il y a une grande miellée qui s’annonce, il faut mettre une hausse même si les cadres de rive ne sont pas entièrement pleins. Voir Inter mezzo VIII (page 4)

 

Ad. XIV     Enlever toutes les cellules royales.

                 Il ne faut pas oublier que cela est très difficile parce qu’on en oublie vite une. C’est beaucoup de travail et il faut le faire tous les dix jours. La colonie a  la fièvre de l’essaimage,  ne construit pas et cherche peu de nectar.

 

Ad.  XV.       Méthode Demaree.

                  M. Demaree était un Americain qui a publié cette méthode le 21 avril 1892 dans The American Bee Journal.

         Il faut une ruche forte. On prend un corps vide d' abeilles avec des cadres bâtis posés sur une planche d’envol. Ensuite on met toutes les abeilles et la reine (avec un peu de jeune couvain) dans ce corps. Sur ce corps on met une grille-à-reine et une hausse vide puis le corps avec le couvain. «Une hausse vide» veut dire, pour un auteur : sans cadre et pour un autre auteur : avec cadre vide ou cire gaufrée.

 

Ad. XVI      Méthode Snelgrove.

                 La méthode Snelgrove pour éviter l'essaimage est une des meilleure. Cette méthode ressemble à  la méthode Demaree (voir Ad XIV). L'avantage de cette méthode c'est que l'on ne perturbe pas les butineuses, ni le couvain, ni la ponte de la reine.

Au printemps il faut nourrir une ruche avec du sirop pour stimuler la ponte. La colonnie devrait occuper deux corps et une hausse (de haut en bas : la hausse, une grille-à-reine, les deux corps (A pour le corps  du haut, B pour le corps du bas). Assurez-vous qu'il n'y ait pas de cellules royales. En présence de cellules royales la méthode change un peu (voir plus loin).    

 

                 A.  Méthode Snelgrove sans la présence de cellules royales.

                       Pour cette méthode, il faut préparer une planche spéciale. Cette planche (planche Snelgrove, PS) est assez épaisse (>10mm) et couvre la totalité de la ruche. Une partie est grillagée sur les deux côtés. La planche a  un bord assez épais pour créer des trous d’envol, ainsi que sur les deux côtés. Il y a sur trois côtés deux trous d’envol superposés, un donne accès au-dessus de la planche et l’autre au-dessous. Tous les trous peuvent-être fermés. Les trous ont un numéro. Les deux au milieu 5 et 6. Les deux à droite 1 et 2 et  les deux à gauche 3 et 4. Les chiffres pairs sont en bas et les impairs en haut.

   Le but de l’opération est de mettre dans le corps supérieur (corps A) tous les cadres avec le couvain et ses abeilles. Le couvain le plus jeune au centre et si il n'y a pas assez de nourriture il faut nourrir.

  Dans l’autre corps (corps B) on met tous les cadres sans couvain avec les abeilles et un cadre avec la reine et un peu de jeune couvain pour garder suffisament d'abeilles dans ce corps. La hausse est mise entre les deux corps avec la grille sur le corps B. Les jeunes abeilles, les nourrices, partiront dans A et les butineuses resteront dans B. A ce stade après cette manipulation on a de haut en bas : corps A , la hausse, la grille-à-reine, le corps B avec la reine. Les abeilles dans la A se sentiront orphelines et feront des cellules royales.

  Quatre jours plus tard on enlève les cellules royales operculées et on met la PS (Planche Snelgrove) entre le corps A et la hausse. La PS est mis d’une telle façon qu’il n’y a pas de trous sur le côté du trou d'envol du corps B. On ouvre un trou d’envol de PS sur un côté en haut  Nr 1.

  Encore 4 jours plus tard, on enlève d'abord les cellules royales operculées puis on ferme trou Nr 1 et ouvre le trou en dessous (Nr 2), on ouvre aussi le trou à l’opposé du  trou Nr 1: c’est le trou Nr 3. Les butineuses de A sortent par Nr 3 et veulent rentrer par Nr 1 (qui est fermé), donc elles rentreront par Nr 2 et se retrouveront dans le corps B. 6 à 7 jours après cette dernière opération, on ferme trou Nr 3 et on ouvre le trou en dessous (Nr. 4) ainsi que le trou derrière en haut (Nr.5). Les butineuses de A sortent par Nr 5 et rentrent par Nr 4 dans B. La jeune reine qui va naître, peut sortir par le trou Nr 5 pour se faire féconder. La ruche A ne peut jamais essaimer parce qu’il n’y a pas d’équilibre 1: 2: 4 :8. C’est pour cela qu’après la naissance de la première reine, les autres cellules royales seront détruites par la reine ou les abeilles.

 

     B.   Méthode Snelgrove avec cellules royales ouvertes

          Le but de l’opération est de mettre dans le corps supérieur (corps A) tous les cadres avec couvain (sauf un) et ses abeilles. Dans l’autre corps (corps B) on met tous les cadres sans couvain avec les abeilles et un cadre avec un peu de couvain operculé. La reine part dans le corps du haut A. La hausse est mise entre les deux corps avec la grille sous le corps A. A ce stade on a  de haut en bas : le corps A avec la reine, la grille-à-reine, la hausse et le corps B. Si les cellules royales sont ouvertes, on met la PS deux jours après sous le corps A ( si les cellules royales sont déjà fermées un jour) ensuite  la grille-à-reine sous la hausse. A  ce stade de haut en bas on a : le corps A, la PS, la hausse, la grille-à-reine et le corps B. Le trou Nr 5 ouvert et les autres fermés. Toutes les butineuses de A vont vers B et les cellules royales seront détruites dans le corps A par les abeilles. Cinq jours après la mise de la PS on ferme le trou Nr 5 et on ouvre Nr 6 (sous Nr 5) et Nr 3.

Un ou deux jours après, les cellules royales sont détruites et les butineuses sont dans la ruche inférieure. On met la reine avec son cadre de jeune couvain dans B. Les abeilles dans A se sentiront orphelines et feront des cellules royales. Dix jours plus tard on ferme les trous Nr 3 et Nr 6 et on ouvre le trou Nr 4 (sous la Nr 3) et Nr 1. Six jours après cela, on ferme Les trous Nr 1 et Nr 4 et on ouvre les Nr 2 et Nr 5. La jeune reine qui va naître, peut sortir par Nr 5 pour se faire féconder. La ruche A ne peut jamais essaimer parce qu’il n’y a pas d’équilibre 1 :2 :4 :8. C’est pour cela qu’après la naissance de la première reine, les autres cellules royales seront détruites par les abeilles ou la reine.

 

Ad.  XVII.     Retarder le départ de l’essaim en plaçant une grille-à-reine entre le corps et la planche d’envol.

                    Au moment venu l’essaim va partir mais la reine ne peut pas suivre et l’essaim revient. Cela ne peut pas durer longtemps parce qu’après plusieurs tentatives, l’essaim ne revient pas. Attention: Les faux bourdons, eux aussi, ne peuvent pas sortir de la ruche.

 

Ad.  XVIII.    Clipper la reine

                   (cela veut dire qu’on coupe un tiers d’une des deux ailes de la reine). Cette méthode n’évite pas l’essaimage mais les abeilles ne peuvent pas aller loin parce que la reine ne peut pas voler. On trouve l’essaim devant la ruche et  il est alors  facile de le faire rentrer dans un autre corps. Marquer la reine, en même temps que clipper, permet de la retrouver facilement pour être sûr qu’elle rentre dans la nouvelle ruche.

 

Ad.  XIX         Faire des ruches à deux reines

                         Ce sujet sera développé plus tard.

 

Ad. XX            Sortir la reine d'un essaim

                         Si on sort la reine d'un essaim, les abeilles retournent dans la ruche-mère à la conditions que l'essaim vienne de sortir.

 

           Inter mezzo  X

                          Comment sortir une reine d'un essaim ?

 Avant de cueillir l'essaim il faut préparer une ruche avec une grille-à-reine, une  hausse sans cadre et un couvre-cadre. On verse l'essaim dans la hausse, on arrose et on attend un peu. En arrosant et utilisant l’enfumoir on descend les abeilles dans le corps. Lorsque les abeilles sont descendues on trouve la reine sur la grille.

                           ----------------------------------------------

 

Ad. XXI           FAIRE DES ESSAIMS ARTIFICIELS.

 

           A.  Pourquoi des essaims artificiels?

  1. Maintenir le nombre de ruches souhaitées.
  2.  Augmenter le nombre de ruches.
  1. Sauvegarder une reine.

                                    4.   Faire de la sélection.

  1. Remplacer une reine.
  2. Élevage des reines.

      7.   Éviter ou éliminer des maladies.

      8.   Vente des ‘paquet d’abeilles’.

      9.   Production de la gelée royale

 

                        Attention I.  Pour faire de bonnes reines il faut de bonnes larves d’un ou deux jours. Il ne faut pas oublier que si on veut partir d’un jeune couvain sans reine, les cellules royales construites par les abeilles sont des cellules de rattrapage. Pour s’assurer que les abeilles ont choisi des jeunes larves il faut détruire 4 jours après l’enlèvement de la reine, toutes les cellules royales operculées et puis sélectionner une bonne cellule. Pour cela c’est important d’avoir assez de place dans la ruche pour feuilleter les cadres (enlever un cadre s’il faut). Il est important que les cellules royales restent impeccables et refroidissent le moins possible. Jamais taper sur un cadre avec des cellules royales pour enlever les abeilles. Il faut les brosser.  

              Attention II.  La descendante d’une reine sélectionnée n’est pas toujours un bon choix à cause d’une sorte d'hybridation.

                        Attention III. Plusieurs ruches ne sont pas toujours une garantie pour avoir plus de miel. Il y a dans une ruche 10.000 abeilles pour assurer le travail à  l'intérieur. 50.000 abeilles sur deux ruches demandent  20.000 à  l'intérieur (alors 30.000 butineuses). Par contre 50.000 dans une ruche : 10.000 à l'intérieur et 40.000 dehors.

                        Attention IV.  Il est possible de faire des ruches avec plusieurs reines. Cela donne plus d’abeilles qu’une seule reine peut produire.

                       

                      B.  Méthodes pour faire de essaims artificiels.

                               1. On partage les cadres d’une ruche entre 2 ou 3 corps. Chaque corps reçoit du jeune couvain, du couvain operculé, des cellules royales (si disponible), du pollen et du miel. On laisse une ruche sur place et on déplace les autres. Il faut nourrir ces dernières. (voir aussi ‘’la balayette’’et ‘’le voilier’’)

                              2.  Méthode dite ‘éventail’. Ce n’est pas nécessaire de chercher la reine, si on laisse les ruchettes près  l’une de l’autre, en éventail, les butineuses sont partagées entre les ruchettes.

 

              Inter mezzo XI

              Avec l’emplacement des ruchettes on peut favoriser une ruchette pour recevoir les butineuses. Il faut faire attention avec l’emplacement où il y avait la ruche-mère. Si on occupe cette place avec une ruchette, cette ruchette recevra toutes les butineuses.

              La ruchette qui reçoit la reine attire plus de butineuses que les autres.

                                       ------------------------------------------

            

                             3. Pour être sûr d’avoir des cellules royales, on peut orpheliner la ruche  et trois jours après on enlève toutes les cellules royales, puis après 9 jours ( 12 jours après l’orphelinage) on divise la ruche.

                             4. D’une ruche forte on prend du couvain avec les jeunes abeilles. Éventuellement on rajoute des jeunes d’une autre ruche. On déplace une des deux  et on la nourrit parce qu’elle n’a pas de butineuses.(Voir aussi 10 :’’ la Balayette et le voilier’’)

                            5. Sur une ruche A on met une deuxième B ( sans abeilles) avec une grille-à reine entre les deux. Puis on enfume un peu et on tapote sur celle du bas. Les abeilles montent dans la ruche supérieure et après la séparation des deux on rajoute du jeune couvain à la B.

 A partir de ce moment on peut commencer une élevage de reines dans la ruche B.

                            6.  Pillage des colonies. On prend du couvain avec des abeilles naissantes de              plusieurs ruches. Puis on rajoute des jeunes abeilles et une cellule royale ou une reine.

                        7. Dans une ruchette on met un cadre avec du jeune couvain et  la reine. On enlève  de la ruche toutes les cellules royales et on répète cela 10 jours après. Ensuite on rajoute :

              a. La vieille reine ou

              b. Une reine qui pond ou

              c. On laisse une cellule royale après avoir enlever toutes les autres cellules

                  operculées. Le quatrième jour

  d. On introduit une autre cellule royale.

 

                            8. Méthode Demaree (voir Ad. XV page 7)

 

                            9. Trois ruches à partir de deux  A et B. Dans une corps C on met tout le couvain avec les abeilles de A la reine reste dans le A. On met la ruche C à  la place de B. Il faut faire attention que B ait assez de nourriture parce qu'elle n'a plus de butineuses.

 

                           10. ‘’ La balayette’’et ‘’le voilier’’

 La différence entre une “balayette” et un “voilier “:

 

--La ‘’balayette’’:

            La reine et les jeunes abeilles reçoivent une nouvelle ruche (la balayette) sur une nouvelle place. Les butineuses retournent  dans l’ancienne ruche sur l’ancienne place. La balayette n’a plus de butineuses alors il faut la nourrir directement.

 

--Le ‘’voilier’’:

La ruche-mère reçoit une nouvelle place mais la reine reste dans une nouvelle ruche (le voilier) sur l’ancienne place. Les butineuses rejoingnent  la reine et  il n'est pas nécessaire de nourrir le voilier.

 

Comment faire une “balayette”?

La ruche-mère doit-être dans un stade de  fièvre d'essaimage, la présence de cellules royales n’est pas un problème.

D’avance on prépare la nouvelle ruche parce qu'il faut travailler vite et précis. Si la ruche-mère est une  10-cadres, c’est mieux de prendre une ruche à 10 cadres. Une ruchette de  5 ou 6 cadres est bonne quand  la ruche-mère n’est pas très populeuse. C’est bien de frotter la ruche(tte) avec un peu d'herbe pour lui donner une bonne odeur.

Ensuite il faut préparer trois cadres de cire étirée, des cadres de cire gaufrée et un ou deux cadres de nourriture (pollen et miel).

On travaille avec les trous d’envols fermés.

Dans la ruche-mère on cherche le cadre avec la reine et on le pose dans la nouvelle ruche à côté d’un cadre de nourriture. Après on vide encore 5 à 9 cadres d’abeilles dans la balayette  [Autrefois on balayait les cadres (de-là le nom “balayette”) maintenant on tape sur le cadre]. Si la “balayette” est placée, après l’opération, près de la ruche-mère on vide 8 ou 9 cadres sinon  5 ou 6. Puis on complète la ruche(tte) avec les cadres disponibles. Mis à sa place définitive, on ouvre le trou d’envol et on le réduit pour éviter le pillage.  Pour la ruche d’origine regardez : “La suite de ces manipulations”.

 

Comment faire un “voilier” ?

Le meilleur moment  pour le faire sera lorsque la plupart des butineuses seront  dehors.

On travaille avec les trous d’envols ouverts.

           On place une nouvelle ruche (le voilier) avec des cadres de cire étirée sur l’ancienne place et on déplace la ruche d’origine. Après un peu de temps ( pour laisser  le temps aux butineuses de se déplacer) on cherche le cadre avec la reine et on le met dans le voilier, puis un cadre avec du couvain naissant. Ce cadre de couvain naissant parce que les butineuses nourriront  mal les nouvelles larves. Les butineuses ne produisent plus de gelée royale indispensable aux très jeunes larves. Pour la ruche d’origine regardez : “La suite de ces manipulations”.

 

La suite de ces manipulations:

En cas d’une “balayette”:

Pour la ruche-mère:

Le cadre qui remplace le cadre avec la reine devrait-être un cadre étiré . Un cadre de cire gaufrée risque d’être mal  étiré  parce qu' une ruche sans reine qui pond, construit mal, pas assez vite ou pas du tout. La cire risque d'onduler.

Dans la ruche sans la reine il y a probablement des cellules d’essaimage  (cellules au bord du couvain pendues verticalement et assez grandes en vu d’essaimage). Il y a donc un risque d’essaimage et nous voulons justement éviter ceci . Il faut éliminer  toutes  les cellules royales et on peut étêter les cellules de mâles. Contrôlez et assurez-vous de la présence des oeufs et des très jeunes larves.  

Les abeilles font faire des cellules de rattrapages  (cellules au milieu du très jeune couvain qui sont à l'origine des cellules d’abeilles). Après quatre jours on enlève toutes les cellules royales operculées parce que les larves d'origine sont trop vieilles pour faire de bonnes reines.

Dix jours après cette opération la nouvelle reine peut-être née et se met à chanter (le chant des reines)  pour avertir les autres reines encore dans leur cellule operculée. C’est  le moment d’ouvrir toutes les cellules royales et de libérer les reines dans la ruche (en cas de besoin mettez-les de côté). A nouveau on peut étêter les cellules de mâles. Pour éviter que les jeunes reines quittent la ruche avec des abeilles, il faut le faire en fin  d’après-midi.

  1. La nouvelle ruche(tte):

Après une semaine on peut commencer à nourrir avec du sirop.

La reine continue à pondre et après dix jours elle risque de pondre des oeufs non-fécondés,   (cellules de mâles). C’est-à-dire la ruche recommence à nouveau à avoir la fièvre de l’essaimage et risque d’essaimer (de maagdenzwerm). Pour éviter cela on pose la balayette devant les ruches et  les butineuses rentrent sans problème dans ces ruches à la condition qu'elles amènent du nectar. Il faut faire cela un  jour de beau temps et de petite miellée.

 

En cas d’un  “voilier”:

  1.  Pour la ruche-mère:

Dans cette ruche il n’y a  plus de reine. Il y a probablement des cellules d’essaimage. La aussi il faut éliminer les cellules royales et on peut  étêter les cellules de mâles. Contrôlez et  assurez-vous de la présence des oeufs et des très jeunes larves.

Les abeilles font faire des cellules de rattrapages . Après quatre jours on enlève toutes les cellules royales operculées .

Quand on entend  le chant des reines , 11 à  12 jours après cette dernière  opération,  il faut ouvrir toutes les cellules royales et  laisser rentrer les jeunes reines. Pour éviter que les jeunes reines quittent la ruche avec des abeilles, il faut le faire en fin d'après-midi.

  1. La nouvelle ruche(tte) :

La reine continue à pondre et après 10 à 12 jours il faut contrôler si il y a du couvain operculé.

Contrôle de la ponte de la jeune reine:

Quatre semaines après la ponte de l’oeuf (de la future reine ) la reine peut avoir pondu. Cela veut dire que quatre semaines  après l’essaimage naturel ou artificiel il y a probablement du couvain operculé, des larves et des oeufs.

            Autres possibilités:

1.   Pas de couvain du tout

Si il y a des cellules bien nettoyées (l'intérieur de ces cellules sont  brillantes)  la reine commencera à pondre bientôt. Il faut regarder à nouveau dans une dizaine de jours.           

     On peut mettre aussi un cadre avec du très jeune couvain. Si quelques jours plus tard il y a des cellules de rattrapages, la ruche était orpheline. Si non, il faut attendre. Il  y a une reine  mais elle n’a pas (encore) pondu. Il est nécessaire de suivre de près cette ruche.

      Il est possible qu íl y ait  un “arrêt de ponte” à cause du manque de nourriture.

2.   Il y a du couvain de mâles

      Ce couvain est bien régulier et il y en a beaucoup. Dans ce cas il faut attendre encore une ou  deux  semaines. La reine peut-être bonne.  Il est nécessaire de suivre de près cette ruche.

3.   Il y a du couvain de mâles mais très irrégulier

      On trouve aussi des cellules avec deux, trois ou plusieurs oeufs. Dans ce cas il y a une ouvrière qui pond.

4.   Il n'y a que du couvain de mâles  irrégulier

Le couvain se trouve dans des cellules d’ouvrières. Ces cellules une fois operculées sont   largement plus hautes que des cellules d'ouvrières operculées. Il n’y a qu'un oeuf par cellule. Dans ce cas la reine n’est pas ou mal fécondée. Elle ne vaut rien pour l’apiculture ni pour la colonie.

 

        C.  A  réfléchir avant de commencer un essaim artificiel !.

 

             1.  Qu’est ce qu’on fait avec l’ancienne reine.

             2.  Est-ce qu’on a besoin de jeune couvain avec ou sans les jeunes abeilles ?

             3.  Est-ce qu’on a besoin de couvain fermé avec ou sans les abeilles ?

              4.  Qu’est-ce qu’on fait avec les butineuses ?

              5.  Qu’est-ce qu’on fait avec les cellules royales ? Il en faut ou pas ?

              6.  Faut-il surveiller les cellules royales ou pas ?

              7.  Est-ce qu’on a besoin de jeunes abeilles d’une autre ruche ?

              8.  Est-ce qu’on a besoin d’une nouvelle reine ou pas, une qui pond ou pas, qui                           est  vierge ou pas.

              9.  Est-ce qu’on a besoin de cellules royales d’une autre ruche ou pas.

             10. Où on place les ruches utilisées pendant le travail ?  L‘un loin de l’autre,                       l’un près de l’autre, l’un sur l’autre ?

              11. Est-ce qu’il faut nourrir et  avec quoi ? Miel, pollen, candi, liquide ?

              12. Est-ce que c’est le bon moment par rapport aux miellées ?

 

            D. En général

                           

                             Toutes les méthodes sous B se ressemblent et on peut les varier avec un peu de bon sens. Les méthodes pour éviter l’essaimage donnent souvent la possibilité de faire des essaims artificiels. Après avoir travailler avec les ruches, on peut jouer avec la place des ruches pour avoir  plus ou moins de butineuses ( voir Inter mezzo X). Dans tous les cas il faut respecter la vie de ces bêtes.

                     SI VOUS RESPECTEZ LA VIE, LA VIE VOUS RESPECTE.

J’espère aussi que vous ne faites pas des esclaves de vos abeilles.

 

 

             E. Bibliographie :

 

Alin Caillas : “Le rucher de rapport et  les produits de la ruche“.

H. J. van Gool :”Bijenhouden met succes”.

              ISBN:  90 11 74254 0

Jean-Marie Philippe : “Le guide de l'apiculteur”.

              ISBN : 2 85744 331 5

Johan W. Schotman : “Handboek der moderne Bijenteelt”

              ISBN : 90 6293 991 0

J.J. Speelziek : “Werkboek Bijenhouden”.

              ISBN : 90 210 0589 1

Rustica Edition : “Le traité rustica de l'apiculture”

              ISBN : 2 84038 421 3


Date de création : 15/06/2012 @ 20:39

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

ACTUALITES

LU DANS LA PRESSE

ARTICLES

Membres (SAGA)


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Fournisseur de l'apiculture

API-640.jpg